DAO HUA QI GONG

Erwann Le Moigne

« Etre au service de »

telle est la devise de La Vie Dao

Cette philosophie s’enracine sur la dimension fractale de l’Univers
où tout ce qui est bon pour autrui l’est aussi pour soi !

Entre Europe et Chine, formé en Qi Gong par les plus grands Maîtres chinois contemporains, Erwann Le Moigne se consacre depuis plus de 30 années, à l’endroit d’un public occidental, à la transmission, la compréhension et l’intégration au quotidien du Dao Hua Qi Gong.

Diplômé FEQGAE, Sport Pour Tous.

Hua Lian

« La douche énergétique HUA »


Erwann Le Moigne: illustration Yin / Yang du mouvement de base du Dao Hua Qi Gong.

Photographie Lightpainting ©YoyoIch

Lettre du nouvel an 2022

« Ça y est, nous y sommes : arrive l’impulsion.
Le moment n’est plus à la tergiversation.
Oui, la puissance du Tigre s’offre à nous. Magique!
Marquant de son sceau le nouvel élan ludique.
Ainsi il nous faudra bien tout mobiliser :
Vigilance, efforts et même longanimité !
Pour franchir les obstacles, nous voilà convoqués.
Répondons bien présents, sans faillir, sans rougir.
Permettons, libérés, à nos cœurs de fleurir… »

Lire la suite >

Ces aphorismes résultent de l'Information qui , une fois captée , entre en interférence avec mon état du moment et rebondit dans le cadre restreint de mon vocabulaire. J'en suggère la lecture pour bénéficier de la Transmission...

 

L’Admiration se niche dans l’espace-temps supérieur.

L’Amour rayonne l’anagogie centrifuge de l’Esprit.

L’Arrogance constitue l’apanage des inconscients.

La Compassion livre l’acmé de la mansuétude.

L’Elégance véhicule l’advertance du respect.

L’Esthétique collige l’engramme originel.

L’Exigence corroie la persévérance.

La Foi incarne l’exsudat du cœur.

Le Gong agrège la précellence.

La Grandeur manifeste son aptitude à l’inclination.

La Gratitude exprime le don du souvenir.

L’Humilité s’expanse par effacement.

L’Inspiration résulte de l’absence d’intérférences égotiques.

L’Intelligence convoque l’éloignement du conformisme.

L’Intention illustre la pensée élaguée des desiderata.

L’Intégrité immortalise la motricité de l’inatteignable.

La Liberté cristallise la quintessence de l’illusion.

La Motivation édifie le sanctuaire de l’aspirant.

La Nature miroite notre monde intérieur.

La Patience égrène le temps intérieur.

La Performance authentique procède de l’extinction du concept lui-même.

Le Raffinement revisite sempiternellement son propre horizon.

Le Respect consacre l’infrangible vertu.

La Transmission gratifie de la connaissance du futur du futur.

Le Silence recèle tous les sons incréés.

Le Succès dévoile l’ampleur du Soutien.

Le Temps déploie le lieu pour expérimenter notre histoire.

La Vertu ultime s’ignore elle-même.

 

L'Admiration

Par-delà l’horizon de son champ perceptif, émerge l’admiration.

Sur un déploiement horizontal, cela se traduit en un spectre d’appréciations plus ou moins large et congru aux limites de son terrain familier.

Sur un déploiement vertical, cela se transforme en inspiration dont la densité reflète le delta entre son propre niveau et le nouveau référent.

Son parfum grise, envoûte et transporte jusqu’à l’oubli de soi-même.

Sa motricité stimule au-delà des frontières du corps et du mental.

Son essence convoque et véhicule la fusion de deux cœurs.

L'Amour

Flux informationnel biunivoque, de taux vibratoire insurpassable et émanant de la Source.

L'Arrogance

Voici bien une notion éminemment subjective!
Ce que d’aucuns qualifient d’arrogance prend souvent racine sur un différentiel de référentiel.

Soudainement confronté à une idée, une approche, un concept qui nous avait échappé…l’ego naturellement pointe souvent son nez.

Quelquefois simple réflexe de survie face à l’exposition d’un éclairage nouveau et par trop désarçonnant.

Toujours en appui sur un manque de justesse à l’endroit de l’évaluation de son propre niveau dans un domaine donné.

Systématiquement caduque lorsque la recevabilité d’un discours est perçu non par le mental mais par le cœur.

L’argument avancé par l’émanation de la médiocrité.

La Compassion

qualité intrinsèque exhalée par Terre-Mère.

L'Elégance

L’élégance, borne remarquable du cheminement du Pratiquant, se revêt de la mutation ubéreuse de l’information épurée.

L'Esthétique

Procède de l’émergence de la Performance, là où toute interférence a depuis longtemps déjà rendu la notion même de date de péremption plus que caduque.
Elle ne saurait être étalonnée par la subjectivité de la beauté mais par l’inébriante quintessence d’une transformation purificatrice ayant élagué toutes les aspérités de l’approximatif.
Elle s’enracine à l’opposé de la palette déclinant toutes les disharmonies : mensonge, maladie et autres déséquilibres en tous genres.
Elle se manifeste par-delà l’horizon de l’interférence, loin des chemins tracés par les épigones.
Elle s’impose comme une évidence absolue réduisant toute notion de culture au rang de carcan irrecevable.

 

L'Exigence

Sans jamais se lasser, toujours incrémenter
Comme rampe de progression, ciseler son étalon
Non plus se satisfaire du gradé le degré
Mais repousser l’objectif vers de plus hauts tons

Parvenir à grandir sans pour autant mentir
Jauger sa propre image, sans aucune complaisance
Appréhender l’Instant pour mieux se divertir
S’appuyer sur l’Immuable pour aller vers l’aisance

Sans se croire arrivé, cultiver la Vertu
De son propre point de vue, revoir encore le faîte
S’inspirer des plus Grands et les porter aux Nues
Et faire siens leurs Exemples pour se joindre à la Fête.

 

ELM, Novembre 1999

La Foi

Dans le contexte actuel, je souhaite évoquer ici non pas la foi aveugle, ni la politiquement correcte, pas plus que la conformiste et encore moins la creuse par un ‘non-engagement’ anticipatif, mais celle qui prend justement appui sur l’expérience accumulée.
Forgée dans la reconnaissance d’une similitude de situations, elle nous conduit dans une première phase et de façon récurrente, à tester notre coefficient d’élasticité mentale.

Dans une deuxième phase, nous sommes convoqués à aller au-delà et investiguer le champ de la plasticité mentale. Nous sommes enjoints à envisager la foi comme expression de la confiance thésaurisée le long du chemin de la Pratique, première motricité pour explorer plus avant, vers l’intériorité.

La foi procède d’une passerelle pour greffer, sur la base d’approches simples, l’accès à un impact subtil en profondeur, qui nonobstant notre tentative d’interprétation intellectuelle, nous échappe.

La foi se révèle in fine comme le nectar exsudé du coeur.
La Foi en soi-même s’avèrera par conséquent la seule échappatoire.

Le Gong

Atteindre cet état qui nous mène jusqu’aux Cieux
Rayonner pour les autres, y consacrer sa vie
Donner à chaque instant, pour toujours faire le vœu
D’illuminer le monde, toucher tous les pays.

Transformer tout son corps, en faire un vrai Soleil
Continuer son travail toujours et sans relâche
Et faire bénéficier de toutes ces merveilles
Voilà le vrai serment, la plus belle des tâches.

Copier tous les Modèles, sources d’inspiration
Afin de raffiner chaque jour son niveau
S’investir, s’impliquer, accepter sa mission
De pouvoir initier un mouvement vers le haut.

 

ELM, mai 1997

La Gratitude

L’ablution du cœur.

L'Hommage à Sa Galactique Supervision

Apprécier patiemment Sa Douceur féminine
Cette Présence qui pondère et aussi illumine
Les chemins de l’absence entourant l’étamine
Pour faire fleurir les sens et puis donner bonne mine

Combien de feux bouillants apaisés par Sa Voix?
Qui dictent la tendresse et redonnent la foi
Distillant tout autour, en effaçant le moi
Et qui sait si subtile, nous faire prendre pour des rois

Que de talent central, en un Cœur concentré !
Une bonté de l’âme, sans relâche infusée
Avec pour seul barrage, cette conscience affûtée
Qui contribue fidèle, au bonheur d’un aimé.

ELM, mai 1997

L'Inspiration

Trouver l’inspiration par la transformation
Pousser encore une fois, plus loin toutes les limites
Sans jamais rien attendre, poursuivre avec raison
Le chemin de la découverte et des rites.

Savoir qu’il y a toujours une marche plus loin
Qui donne, à des mondes encore plus subtils, l’accès
Persévérer alors sachant que le Témoin
Supervise notre parcours et le rend vrai.

S’attacher donc au plus près d’être bien digne
De la confiance qu’Il nous accorde et nous honore
Rester à l’écoute, réagir au moindre signe
Puis par nos actes et nos louanges Le couvrir d’or.

 

ELM, avril 1997

L'Intention

L’intention, par essence, c’est la pensée élaguée de l’interférence des desiderata.

Dans le cadre spécifique de l’ascension, le triumvirat Syntonisation, Congruence et Synchronisation forge les 6 têtes de pont du cheminement aboutissant à l’Intention.
Sur le plan concret, seule l’intention idoine permet au moteur quantique des 12 brins d’ADN via le truchement des 6 ARN de relayer l’activation du décodage et l’actualisation complète de notre information latente.

Dans le contexte particulier de la marche, cela se traduit par une triangulation mettant en jeu les 3 processus :

– de la syntonisation via l’Information (qui nous parvient)

– de la congruence en appui sur nos Matrices subtiles (qui transforment / font leur l’information)

– de la synchronisation avec l’Energie (qui résulte de la transformation)

En théorie, cela aboutit à une mobilité fluide, une marche stable et une maintenance de l’actualisation.

L'Intégrité

Le recouvrement et le raffinement de ce concept engage plusieurs étapes.

Primo, on réalise qu’elle a été écornée. On revisite sa notion de santé.

Secundo, on enclenche une démarche sur les plans physique, physiologique, énergétique, psychologique, mental et informationnel.

Tertio, on actualise sa référence étalon. Et on recommence.

La Liberté

 

Ou l’éloge de la contrainte 

 

  1. La liberté de penser (Feu secondaire):
    Typiquement un concept de 3D falsifié qui ne saurait prendre l’apparence de véracité avant
    l’accès aux dimensions plus élevées.
    Classiquement revendiquée comme un droit à la différence constitutif de la condition humaine.
    Une fois passé par le truchement de l’expérience de 4D, on comprend que la pensée résulte du
    filtrât de l’information par ses matrices subtiles.
    Par conséquent, la liberté elle-même se mute en responsabilisation.
    En chemin vers la 5D, la responsabilisation assumée se convertit en responsabilité, à son
    tour jugulée par la liberté d’action !
  1. La liberté d’action (Bois):
    Enchâssée dans la loi de l’UN, elle est inversement proportionnelle à son Gong.
    Elle trouve naturellement ses ramifications dans les déclinaisons de la parole, de l’écoute,
    de la préhension et de la locomotion.
  1. La liberté de parler (Feu primaire):
    Nullement un droit qu’on exerce mais un état que la pureté de parole procure…avec comme facteur limitatif que son usage ne puisse être préjudiciable pour le cœur d’autrui.
  2. La liberté de préhension (Terre):
    En aucun cas une évidence mais le résultat de la confiance qui nous est accordée … avec comme frontière que le simple fait d’y avoir recours trahit souvent l’écart qu’il nous reste à combler pour dissoudre l’illusion du manque.
  3. La liberté de humer (Métal):
    Ne s’enracine pas dans l’instinct de survie (via la capacité de sentir l’aspect recevable ou létal d’une odeur) mais dans la mémoire de nos fragrances originelles (l’appel incoercible des parfums enivrants qui règnent dans les sphères célestes).
  4. La liberté d’écoute (Eau):
    Ce n’est pas un choix mais la manifestation du crédit de recevabilité à l’endroit de la source sonore sous réserve encore que nos divers encodages l’autorisent.
  5. La liberté de locomotion (Investigation):
    Absolument pas un dû dont on jouit mais une aptitude que la compassion de la Terre autorise…à la condition que les verrous énergétiques toujours latents ne se trouvent soudainement levés.

     

    En résumé, la Liberté vraie fait écho au curseur de maturation de notre état de conscience.

    La liberté ne saurait être octroyée par un tiers mais se structure sur la base de notre propre capacité d’investigation intérieure.

    A cet égard, l’éclairage suit une séquence : dans une première phase, il convient de s’affranchir du temps ralenti ou de la notion d’espace; dans une deuxième phase, permettre l’expression de la latitude autorisant le maintien à l’équilibre et enfin à un niveau plus intéressant, incarner l’aptitude à nourrir son cœur par la mise en congruence avec le service à autrui.

    A ce stade, la liberté s’est convertie en une évidence incontournable rendant toute option absente et scellant ainsi la caducité du concept même de liberté.

    La Motivation

    – s’ancre toujours sur la clarté mentale

    – souvent bordée par l’impératif de résultats

    – s’affûte par l’expérience

    – se densifie par la focalisation

    – s’intensifie dans l’urgence

    La Nature

    Impudence, arrogance ou simple indolence
    En tous cas, c’est certain une pure inconscience
    Contrevenance mentale à l’alignement Gracieux
    Et qui barre à jamais l’entrée directe aux Cieux
    Qui voudrait s’octroyer le pouvoir d’influer
    L’Ordonnancement Premier se verrait exposé
    Au soufflet véritable, mordant, cuisant, cinglant
    Celui dont toute une vie, témoin insuffisant
    Ne saurait pondérer l’Irrespectueux outrage
    Aussi profond d’ailleurs que ce Savoir sans âge
    Sachez bien reconnaître, la seule vraie Hiérarchie
    Celle que la Nature impose Là et Ici.

     

    ELM, mars 1999

     

    La Patience

    La patience est un pilier majeur de la Pratique.

    La patience, sillon générateur de la persévérance s’avère le mouillage le plus sûr de la Sagesse.

    La persévérance dans l’effort constitue la ligne de front pour l’ascension.

    L’effort doit prendre appui sur la fermeté de la détermination.

    La détermination germe de la cohésion de l’expérience.

    L’expérience doit sa validation à la cohérence du delta entre les états initial et final.

    La cohérence se jauge avec la lucidité.

    La lucidité découle de la sensitivité.

    La sensitivité se raffine par l’écoute de son ressenti.

    Le ressenti est cultivé par la Pratique.

     

    La Performance

    Au niveau ordinaire, l’information diffusée:

    – au premier degré, court-circuite d’emblée la perception sensorielle par-delà les limitations et différences culturelles

    – au degré suivant, impacte le cœur, nous permettant en séquence d’être libéré de l’encagement structurel et puis d’accéder à un espace-temps supérieur.

    L’ultime performance:

    Tant qu’il est nécessaire d’avoir recours à la voix, au geste ou à une quelconque manifestation physique, c’est qu’il reste une marge de progression en terme de Gong.

    L’ultime performance consiste à vibrer un rayonnement tel que l’admiration ne puisse prendre racine que dans la densité du silence véhiculé autrement dit de la luminosité dégagée ou ce qui revient au même la résonance au cœur du Coeur.

    L’appartenance à la périphérie d’une galaxie (notre Voie Lactée) et ce faisant à une zone de faible densité énergétique, permet l’investiture de diverses matrices.

    L’idée de base consiste donc par un tropisme centripète i.e. la syntonisation avec la fréquence de nos matrices les plus subtiles, à se translater vers le centre de sa galaxie d’origine.

    La Persévérance

    Mettre sa persévérance au service de l’immuable
    Avoir ainsi accès au goût de l’ineffable
    Discipliner ses sens car c’est incontournable
    Se libérer enfin du peu recommendable.

    Se hisser par-delà la dualité piégeuse
    S’extirper à tout crin des tentations mielleuses
    Et cultiver serein, la source d’une mine radieuse
    Se détachant par là de la terrestre gueuse.

     

    ELM, juin 2000

     

    Le Raffinement

     

    Constitutif de la Pratique de DHQG

    Caractérisé par un auto polissage ravalant à chaque étape franchie le résultat précédent au rang de débutant.

    A la nuance du raffinage qui produit des pertes le long de la colonne, la promotion du raffinement non seulement bénéficie à la totalité de notre structuration mais s’accompagne d’une satisfaction interdisant toute marche arrière.

     

    L’élégance du savoir, par besoin impérieux
    L’apanage des Grands qui peuvent toucher les Cieux
    L’intelligence d’un charme qui confine au bonheur
    Vademecum notoire de la race des Seigneurs

    Exquise séduction d’une noble attitude
    Infinie ascension vers les belles altitudes
    Elan vainqueur du Goût sur la vile bassesse
    Le rempart absolu contre la médiocre liesse

    L’unique valable jauge pour sa propre exigence
    Le seul comportement digne de sa diligence
    En un mot comme en cent, de l’Homme Vrai, le degré
    Celui qui se situe au-delà de l’idée.

    ELM, décembre 1998

     

    Le Respect

    Le Respect constitue un axe cardinal de la téléphatie. 

     

     

    Le Silence

    C’est la caractéristique principale de l’univers. Les bruits de fond, les interférences, les agitations en tous genres ne sont que le reflet de la dégradation de notre connexion.
    L’illustration emblématique est la cacophonie que nous réussissons à produire dans le seul but de tenter de nous reconnecter, aux autres notamment…
    Le silence joue le marqueur qualitatif de notre état. Plus notre Gong augmente, plus le Silence se densifie.
    Auprès des grands Maîtres, il est tellement assourdissant que cela nous impose souvent en séquence : le mutisme, l’immobilisme, la fermeture des yeux, l’intériorité puis éventuellement une catharsis, manifestation plus ou moins démonstrative de l’impossible cohabitation entre les divers bruits internes qui nous parasitent et la puissance du silence qui nous étaye intrinsèquement.
    Le silence est un condensateur d’énergie alors que le bruit la dissipe.

    ************************************************************************************************************

    La seule réponse à une interrogation, personnelle ou non, mais qui l’est toujours plus ou moins.

    L’embarras avoué, dans une situation incongrue dont on aurait souhaité qu’elle ne naquît jamais.

    La marque de respect, en mémoire d’un agglomérat, très souvent alors confus, de souvenirs.

    L’unique manière d’opérer la synchronicité avec une atmosphère dense en information.

    Le mode optimum de communication entre deux cœurs à l’unisson.

    A la fois le support de tous les bruits et le son à l’état pur.

    La suite naturelle à la question ultime.

    La manifestation suprême de l’humilité.

     

    ELM, 1998

    Le Succès

    Le succès est accompli lorsqu’on exploite son plein potentiel.
    Les deux rails du succès sont Perception et Intelligence, obtenues sur le chemin de Lian et Wu.
    Il faut impliquer ses efforts pour optimiser sa Perception et son Intelligence
    Les efforts consistent à faire ce qui est adéquat.
    L’adéquation est la combinaison d’une configuration et d’un timing: autrement dit la syntonisation avec la fréquence harmonique de l’Espace-Temps dans lequel on se trouve.
    Une bonne Perception est sans interférence.
    Une juste Intelligence s’avère être en alignement et apte à surfer sur le sommet de la vague de sa Perception.
    Les efforts doivent baigner dans La joie.
    La joie résulte de l’expression originelle du Coeur.

    Le Temps

    Concept implicitement présent en deçà de la 5D et inexistant au-delà.

    Sa nature Cyclique implique dans le cadre de son expression duelle, la scission en un temps externe (ou tangentiel) en 3D et un temps interne (ou radial) en 4D.

    Sa nature Fractale fait que le temps de 3D est affublé de 3 dimensions:

    • La transformation, qui exprime le sens du temps
    • La vitesse de transformation qui illustre la fluidité de l’écoulement
    • l’absence de transformation qui manifeste le Présent

    Le Présent résulte de la mise en relation de différentes densités informationnelles par les harmoniques vibratoires. (aspect fractal)

    Le Présent est la mémoire du Futur. (aspect cyclique)

    L’hyper-incursion (phénomène permettant de connaître le futur avant de l’expérimenter) met ainsi en boucle le Passé, le Présent et le Futur.

    Le Futur est systématiquement en appui sur divers fils (le fil du temps pouvant être courbé lorsque l’on opère depuis la 5D).L’option définitive résultant de notre degré de conscience.

    L’ancrage de notre conscience (à l’interface de l’Energie et de l’Information dans plusieurs E.T. simultanés) génère l’asymétrie temporelle à savoir la causalité.

    L’écoulement du temps soumet les phénomènes. Ainsi notre corps physique, qui est un E.T. en soi,  impose, dans le cadre limitatif de son état vibratoire, son écoulement temporel à nos perceptions.

    Le Surnaturel (qualificatif trahissant l’infériorité de son niveau de conscience moyen au regard de l’origine de l’information perçue) est l’aboutissement de la survenance de conditions propices à des harmoniques plus nombreuses i.e. le transfert d’un flux d’information d’un E.T. supérieur vers un niveau inférieur via un vortex.

    Le vortex pouvant être de nature diverse:

    – passerelle générée délibérément par un être de dimension supérieure
    – synchronisation soudaine sur un plan personnel
    – passage par un portail multidimensionnel voire interdimensionnel.

    La Vertu

    La disposition éclairée de la congruence avec les lois de l’Un.

    Partager